Sur le bord de la fenêtre

Les cerises sont au plus bas à Noailles, 2,50 € le kilo aujourd’hui, et demain c’est juin. Et le mot de Grütze m’est revenu de Berlin, le mot et la chose. Pas un coulis, pas de la marmelade, pas de la confiture. Grütze, Kirschgrütze, presque toujours, jemals Rotegrütze. Plutôt une sorte de confiture minute. Les fruits…

Le petit de l’amande

A Noailles, des palettes entières de sucre devant le Méditerranée annonçaient le début du ramadan il y a quelques jours, plus moyen de s’asseoir pour un thé et à la place des milliers de gâteaux à emporter, dehors sur le marché en cette fin de juin c’est tutti frutti

Tête bêche

Mercredi je partais en vadrouille avec Damoiselle et poussette à la conquête des marchés du Cours-Julien et prenais d’abord douze oeufs jolis de producteurs locaux pour 3,80 €, plus loin première fois que je les vois bottés des oignons rouges 1,60 €, une botte de carottes Decomis 1,80 € quoi de neuf docteur ? à…

Par les trois pans

Le premier bouquet de verveine de l’année un euro au Cours-Julien me donne envie d’en infuser une sauce hollandaise qui accompagnera à merveille ce bon kilo des dernières asperges de la saison pour sept euros,

Mon jus de mai

Hier au marché de Noailles un bon kilo de cerises du pays pour quatre euros, il y a moins cher mais il faut jeter le tiers, douze tomates d’Italie 1,20 € le kilo couleur de mon fumet, un chou-fleur un euro il s’appelle béchamel, dix courgettes 1,20  € le kilo quelques poêlées l’été arrive, un…

Entre les gouttes

Sont-ce les petites goutes qui tombent, l’entrée marine qui recouvre nos têtes ? l’Algérie enfin victorieuse depuis 1982 ? l’attente sereine de la rencontre de ce soir pour que la France continue l’aventure brésilienne ? à moins que ce ne soit ma propre fatigue ? Noailles est bien calme, étrangement calme ce matin

Soleil panique

Hier Noailles jour du soleil à 10h le ton monte, cris et appels se répondent dans l’allée pour mettre l’acheteur en panique, vite acheter, créer l’état de transe, j’aurai ma part, se précipiter sur les étals, j’essaie de garder mon sang-froid,

Trente trois degrés à l’ombre

¿Qué calor mi amor! un vent très léger circule sous les parasols des étals de Noailles et les marchands respirent encore un peu, j’ai gravi la colline panier en main, le même qu’il y a un an, les prix n’ont pas bougé, certains plus haut, d’autres plus bas, moi je transpire, j’ai demandé mes premières…

Une fois l’ascension passée

Ce qu’il reste du marché de Noailles de la semaine dernière, un mercredi veille d’Ascension ? la moitié d’un oignon et un œuf, le reste a disparu, une livre de cerises du pays à 2,60 € le kilo avalée dans la journée noyaux crachés,

A Crau

Un grand vent chaud soufflait sur la ville et le ciel blanchissait sous les entrées marines, aujourd’hui à Noailles, j’ai pris deux oranges maltaises de Sicile à 1,20 € le kilo, les dernières peut-être,

Les fraises derrière le mur

Déjà un temps d’été à Noailles, mais nous sommes bien en mai, les cerises du pays sont là, une bonne livre dans mes sacs à 2,80 € le kilo, et pour la première fois aussi des fraises enfin proches de celles que j’aime,

Ambiance chaleureuse

A Noailles ce matin, l’air chauffe et les esprits aussi, fines moustaches, le vendeur en sueur à la dame qui palpe les cerises et s’apprête à en goûter une : « Nous vous servons Madame ici, nous sommes professionnels. », peu après, un marchand invective sa collègue d’en-face, furieuse à l’encontre d’un client sans gêne, le marché…