Un champagne Rosalie s’il vous plaît !

Pour fêter la nouvelle venue de ce mois d’octobre, je sers un élixir pétillant que j’appelle champagne Rosalie. Un jus de grenade fraîchement pressé, épicé de girofle et de cade, arrosé de champagne. Le champagne est un Gobillard premier cru acheté en promotion au Monoprix de la Canebière à 12,60 € la bouteille. La grenade d’Andalousie vient du marché de Noailles, à 1,60 € le kilo. Les baies de cade, je les ai cueillies moi-même à la fin du mois d’août dans la garrigue à Luminy.

Pour quatre. Dans le grand saladier de céramique bleu, je pile un clou de girofle et quatre baies de cade rouge orangé. J’écrase puissamment pour briser jusqu’aux petites graines qu’elles renferment. Trois minutes. J’égrène ensuite soigneusement la grenade dans un bol. Sept minutes. Puis je presse les arilles à l’aide de la passoire conique, d’une spatule et du pilon. Dix minutes. Je laisse macérer le jus avec la poudre d’épice et deux cuillerées rases de sucre. Quinze minutes. Je filtre avec la même passoire et obtiens dix centilitres de jus aromatisé que je répartis entre quatre flûtes. Je débouche la bouteille de champagne brut, le bouchon percute le plafond, et je complète, à raison de deux bonnes doses de vin pour une dose de jus. En 19 minutes, la dégustation est prête.

La potion rose produit de fines bulles. La mousse fait remonter la poussière d’épice qui forme un anneau dans le verre. La finesse du jus de grenade s’accorde avec celle du vin. Certes la grenade adoucit le champagne brut mais les deux épices viennent relever, donner de la tenue à ce qui sinon ne serait que pur plaisir du fruit. La girofle se marie étrangement bien à la grenade. Elle lui donne un ciel. Quand à la cade, elle l’imprègne de sa résine boisée, lui donne une profondeur. Boisson où se rencontrent quelques beaux produits, qu’ils soient précieux, élus, de saison, ou simplement accordés, pour une venue exceptionnelle. Et, je crois rêver, sa couleur est rose fuchsia.

Fuchsia_regia

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Laurent dit :

    Bravo !
    Merci pour ce partage, rien que la description donne l’eau à la bouche. Chapeau.
    De plus je suis enchanté de pouvoir constater que la grenade fait partie de votre recette. Il m’est toujours difficile de trouver des petites astuces pour concilier mon amour de la grenade, aux plaisirs enivrant de la gastronomie. Défi relevé, une nouvelle fois bravo !

    1. Bonjour Laurent,
      Merci !
      un véritable monde existait autour de la grenade. Aujourd’hui, c’est plutôt un fruit à redécouvrir.
      Je propose en plus de ce champagne une simple grenadine fraîche « Sevillianas y granadinas », et une variété de thon, de la bonite grillée avec une vinaigrette à la grenade « Pepito y Bonito ».
      Merci pour votre site autour de ce fruit.
      http://www.fruit-grenade.com

      Je vous signale un autre site avec de beaux articles sur la grenade, d’horticulteurs portuguais :
      http://olharfeliz.typepad.com/cuisine/grenade_pomegranate/

      Bonne cuisine !
      Manou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s