Un temps de chien

Par un temps de chien pluie froide qui mouille et vous trempe les os je récupère vite une douzaine d’œufs pour 3,80 € au Cours-Julien puis décide tout de même de faire un tour de marché je m’arrête devant de petites boules noires exposées alignées en bocaux de verre la marchande m’invite à respirer je fais la grimace odeur prégnante boisée phéromonée presque sexuelle une truffe noire je lui prends la plus petite grosse comme une noix 7,50 € oui quatorze grammes à cinq cents cinquante euros le kilo ses épagneuls l’aident à la flairer la débusquer ma première truffe mon premier chien était aussi un épagneul de quoi faire trois omelettes me dis-je, plus tard je vais à Noailles la pluie n’a pas cessé elle s’infiltre impossible d’y échapper une soupe pourra nous sauver je prends une botte de carottes 1,50 € une botte de navets 1,50 € quelques branches de céleri à 1,50 € le kilo six petits poireaux 1,40 € le kilo plus bas à l’Écaille d’argent je remarque une bonite d’une livre 6,50 € le kilo et quatre cigales fabuleux décapodes de la mer 9,60 € le kilo je remonte encore huit poires comice des Hautes-Alpes un euro le kilo une botte de cébettes un euro un délice avec du fromage blanc et des pommes de terre en robe de chambre enfin cinq oignons du pays 90 centimes le kilo Vincent dans le bordel de Pialat importuné aimerait manger sa soupe en paix « Mais laissez-moi manger ma gratinée à la fin ! » le tout pour 24,50 € qui dit mieux ? bon marché et bonne cuisine !

van gogh

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s